Bactéries >

Brucella sp.

Rounded image Rounded image Rounded image

Espèces le plus souvent en cause en pathologie humaine :
- Brucella melitensis
- Brucella suis
- Brucella abortus

    Classification :
  • Proteobacteria
  • Alphaproteobacteria
  • Rhizobiales
  • Brucellaceae
    Examen direct :
    • Petits coccobacilles à Gram négatif
    • Isolés ou disposés en paires
    • Non capsulés
    • Asporulés
    • État frais : immobilité
    Culture :
    • Morphologie :
      • Colonies punctiformes
      • Colonies non hémolytiques
      • Colonies non pigmentées
    Habitat naturel :
  • Mammifères terrestres (ovins, caprins, bovins, lièvres) et marins (dauphins, phoques, otaries, morses…)
    Facteurs de virulence :
  • Lipopolysaccharide
  • Internalisation dans les cellules (échappement au système immunitaire)
  • Système de sécrétion de type IV (VirB)
    Épidémiologie :
  • Maladie à déclaration obligatoire
  • Agents potentiels de bioterrorisme
  • Anthropozoonose (homme = hôte accidentel) au pouvoir infectant élevé

  • Transmission :
    • Digestive (ingestion de lait ou de produits laitiers contaminés)
    • Par contact direct avec un animal infecté (voie cutanée, aérienne ou conjonctivale)
    • Respiratoire via des aérosols (bioterrorisme)
    • Interhumaine : exceptionnelle

  • Infection endémique en Moyen Orient, en Asie de l’Ouest, dans certains pays du bassin méditerranéen, dans certaines régions d’Afrique et d’Amérique latine
  • En France : maladie d’importation +++ (France reconnue depuis 2005 comme indemne de brucellose bovine, ovine ou caprine)

  • Populations exposées :
    • Éleveurs
    • Vétérinaires
    • Fermiers
    • Travailleurs des abattoirs
    • Personnel de laboratoire spécialisé

  • Brucella melitensis : responsable des infections les plus graves

  • Réactivation possible quelques années après la contamination dans le cadre d’une immunodépression
    Pathogénicité :
  • Bactéries intracellulaires facultatives

  • Agents de la brucellose ou fièvre de Malte.

  • Incubation variable (1 à 3 semaines) pouvant être plus longue : asymptomatique ou syndrome pseudogrippal chez l’homme

  • Brucellose humaine : souvent asymptomatique. Si symptomatique :
    • Phase aiguë (durée = 2 à 3 semaines) : septicémie (d’origine lymphatique) avec fièvre ondulante + sueurs nocturnes malodorantes + myalgies + arthralgies +/- organomégalie (foie, rate, ganglions)
    • Phase subaiguë : bactériémie intermittente + possibilité de localisations secondaires
      • Ostéoarticulaires +++ : polyarthrites asymétriques, atteinte des vertèbres lombaires
      • Cardiaques (péricardites, myocardites, endocardites)
      • Neurologiques (méningites, abcès cérébraux, myélites…)
      • Atteintes urologiques : pyélonéphrites, orchi-épididymites, salpingites, prostatites…
      • Éruptions cutanées
    • Phase chronique : évolution > 1 an, avec asthénie + algies diffuses, avec ou sans localisations secondaires
    • Femme enceinte : avortements, accouchements prématurés, mort in utero…

  • Brucellose animale : chronique, bien tolérée
    • Avortements spontanés
    • Baisse de la fertilité
    Réservé aux laboratoires spécialisés (classe 3 des agents pathogènes)
    Prélèvement :
    • Sang pour hémocultures
    • Liquides de ponction
    • Suppurations diverses
    • Liquide céphalorachidien
    • Urines

    Réalisation de l'examen direct
    Mise en culture :
    • Bactéries exigeantes à croissance lente
    • Respiration : aérobie stricte
    • Milieux enrichis au sang
    • Incubation : 37°C, air enrichi en CO2, pendant 2 à 3 semaines pour les cultures classiques, incubation de 2 semaines pour les hémocultures
    Identification :
    • Caractéristiques antigéniques :
      • Sérologie : problèmes de spécificité (nombreuses réactions croisées avec Yersinia enterocolitica, Francisella tularensis, Vibrio cholerae, autres entérobactéries…)
      • Intérêt : si culture non réalisée ou non réalisable (analyse de 2 sérums prélevés à 3-4 semaines d’intervalle)
      • Techniques disponibles :
        • Test au rose Bengale
        • Séro-agglutination de Wright (SAW)
        • ELISA
        • Immunofluorescence indirecte
      • IgM et IgG anti-Brucella positifs 2 à 3 semaines après l’infection
    • Caractéristiques biochimiques d'orientation :
      • Catalase positive
      • Oxydase habituellement positive
    • MALDI-TOF couplé à la spectrométrie de masse
    • Galeries d'identification bactérienne
    • Séquençage de l’ARN 16S (technique réservée au CNR)
    • PCR temps réel (technique réservée au CNR)
    Sensibilité constante :
    • Pénicillines A
    • Imipénème
    • Céphalosporines de 3ème génération
    • Azithromycine
    • Aminosides
    • Tétracyclines
    • Rifampicine
    • Fluoroquinolones

    Résistances acquises :
    • Résistances acquises en augmentation à la rifampicine
    Traitement curatif :
  • Adultes :
    • 1ère intention : tétracycline (4 à 6 semaines) + streptomycine (2 semaines)
    • 2ème intention : doxycycline + rifampicine pendant 6 semaines

  • Enfants : cotrimoxazole (45 jours) + streptomycine (21 jours) ou gentamicine (7 jours) / rifampicine + cotrimoxazole ou streptomycine

  • Femmes enceintes : cotrimoxazole seule ou en association avec la rifampicine

  • Formes localisées : mêmes recommandations que chez l’adulte mais durée > 6 mois
    Prophylaxie :
  • Contrôle de l’infection chez les animaux d’élevage (ovins, bovins, caprins)
  • Contrôle des infections d’origine alimentaire (pasteurisation du lait +++)
  • Antibioprophylaxie des sujets exposés : doxycycline + rifampicine (3 semaines)