Bactéries >

Leptospira sp.

Rounded image Rounded image
    Classification :
  • Spirochaetes
  • Spirochaetia
  • Spirochaetales
  • Leptospiraceae
    Examen direct :
    • Observation au microscope à fond noir
    • Bactéries spiralées avec extrémités en crochets
    • Structure de bactéries Gram négatif
    Culture :
    • Morphologie :
      • Grosses colonies plates à bords irréguliers sur milieu spécifique
    Habitat naturel :
  • Réservoir animal (portage chronique ou hôte accidentel) dans les urines : rongeurs (rats +++) qui contaminent les bovins, ovins, équidés ou chiens
  • Résistance dans l’environnement
  • Répartition mondiale à prédominance tropicale
    Facteurs de virulence :
  • Bactéries très mobiles
  • Adhésines (adhésion aux cellules de l’hôte)
  • Fixation du fibrinogène (hémorragies)
  • Sécrétion de protéases (résistance au complément)
  • Survie dans les macrophages (échappement à la phagocytose et induction de l’apoptose des macrophages)
    Épidémiologie :
  • 22 espèces dont 10 vraies pathogènes pour l’homme et les animaux et 5 moins virulentes

Espèces de Leptospira sp.

  • Anthropozoonose : transmission par voie cutanéomuqueuse
    • Contact de la peau ou des muqueuses (conjonctive +++) avec de l’eau contaminée par des urines souillées
    • Morsure de rongeur ou contact direct avec de l’urine contaminée (rare)
    • Pas de transmission interhumaine

  • Anthropozoonose la plus fréquente dans le monde (mais rare en France métropolitaine : environ 500 cas par an)

  • Infection à prédominance masculine

  • Maladie professionnelle

  • Populations à risque :
    • Populations urbaines ou rurales à faible niveau socio-économique
    • Profession à risque (vétérinaires, éleveurs, fermiers, personnels d’abattoirs, égoutiers…)
    • Pratiquants de sports aquatiques ou baignades fréquentes
    Pathogénicité :
  • Homme = hôte accidentel

  • Incubation : 5 à 30 jours

  • Présentation clinique hétérogène

  • Formes classiques :
    • Formes asymptomatiques
    • Syndrome pseudogrippal avec hyperthermie + myalgies
    • Atteinte hépatique : cytolyse hépatique, ictère
    • Atteinte rénale : protéinurie, insuffisance rénale
    • Méningites (25% des patients) peu sévères
    • Atteintes oculaires : conjonctivites, uvéites

  • Formes graves :
    • Leptospirose ictérohémorragique : fréquemment peu sévère (ictère, troubles de l’hémostase, manifestations hémorragiques)
    • Pneumonies + hémoptysies
    • Atteinte cardiaque rare mais grave
    • Syndrome de défaillance multiviscérale
    Réalisé dans un laboratoire spécialisé.

    Prélèvement :
    • Sang (10 premiers jours de fièvre)
    • Urines (entre le 7ème et le 25ème jour)
    • Liquide céphalorachidien
    • Liquides de ponction

    Réalisation de l'examen direct
    Mise en culture :
    • Bactéries exigeantes
    • Respiration : aérobie stricte
    • Milieu : EMJH (milieu tween-albumine)
    • Incubation : environ 30°C pendant 2 mois
    • Repiquage des cultures après 15 jours d’observation
    Identification :
    • Sérologie (non standardisée) :
      • ELISA IgM (positif à J3, négativation en 2 à 3 mois)
      • Micro-agglutination Titration Test-MAT (positif à J5, négativation possible après 6 mois) : non remboursé par l’Assurance Maladie
    • Caractéristiques biochimiques :
      • catalase positive
      • oxydase positive
    • MALDI-TOF couplé à la spectrométrie de masse
    • Séquençage de l’ARN 16S
    Sensibilité aux antibiotiques :
    • Bactérie sensible à la plupart des antibiotiques
    • Pas de résistance décrite aux molécules utilisées pour le traitement
    Traitement curatif :
  • 1ère intention : amoxicilline per os (7 jours)
  • 2ème intention : amoxicilline ou pénicilline G par voie parentérale (7 jours), doxycycline per os (7 jours)
    Prophylaxie :
  • Antibioprophylaxie en cas d’exposition avérée : doxycycline (traitement minute)
  • Éducation de la population générale : diagnostic précoce
  • Campagnes de dératisation
  • Vaccination :
    • 3 doses vaccinales (J0, J15, entre 3 et 6 mois plus tard, rappels tous les deux ans)
    • Populations à risque (vétérinaires, voyageurs, cas particuliers)